La langue devient de plus en plus technique. Purement instrumentale. Tranquillement déshumanisante. Diva d’un Bar s’inquiète.

Sur le plateau la compagnie explore les vertiges de la parole. Elle exalte ses charmes. Elle ausculte ses armes.

 

Diva d’un Bar aime les corps vibrants. Les mouvements dessinés. Conjuguer l’énergie des acteurs à celle des musiciens. Elle choisit des décors sobres et mobiles qui ouvrent l’espace à l’imaginaire. 

David Braun